L’ Adieu aux soldats, 2e version, 1937/1938

Bronze, Seeler 32 I.B.2.

Käthe Kollwitz, L’Adieu aux soldats, 2e version, 1937/1938, bronze, Seeler 32 I.B.2., Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

En 1936, après avoir terminé le grand groupe »Mère avec deux enfants«, Kollwitz entreprend la réalisation de sculptures plus petites. »Certes, [ce n’est] pas aussi beau, mais adapté aux forces moindres et aux revenus très faibles«, confesse-t-elle à une jeune connaissance dans une lettre datée du 6 mai 1937. Elle considère qu’il est particulièrement difficile de »conserver les grandes lignes tout en précisant les détails«.

Käthe Kollwitz, L’Adieu aux soldats, 1ère version, 1935(?)/1936, argile, Seeler 31, photo d’époque par Bruno Schuch, Berlin-Charlottenburg
Käthe Kollwitz, L’Adieu aux soldats, 1ère version, 1935(?)/1936, argile, Seeler 31, photo d’époque par Bruno Schuch, Berlin-Charlottenburg

Sa première tentative remonte sans doute à la fin de 1935, au plus tard au début de 1936, avec un groupe de femmes et d'enfants faisant leurs adieux à un train de soldats. Il ne reste qu’une photographie comme seule trace du groupe réalisé en argile. Quelques femmes et des enfants représentés sont similaires à ceux de la deuxième version montrée ici. Il est probable que l’artiste a retiré des éléments du groupe en argile pour créer une nouvelle composition. La version finale est donc directement issue de la précédente.

Malgré les physionomies moins détaillées des personnages, l’artiste réussit une représentation efficace d’émotions telles que l'insécurité, la peur et la douleur des adieux. La sculpture a ceci de très moderne qu’elle fait de la perception du spectateur un thème central. En effet, le groupe est conçu du point de vue de ceux qui partent. Celles et ceux qui restent se résument progressivement à de simples silhouettes. Plus un personnage est situé vers l’arrière, moins il est détaillé.