Temps de guerre

Après la mort de son fils cadet Peter, qui s’était porté volontaire, au début de la Première Guerre mondiale en 1914, Käthe Kollwitz entreprend une douloureuse conversion au pacifisme:

to_top

Peter, [...] tous avaient mis leur vie au service du patriotisme. Tout comme les jeunes Anglais, Russes et Français. [...] l’appauvrissement de l’Europe dans ce qu’elle a de plus beau. Est-ce que dans tous ces pays la jeunesse a été trompée?«
Käthe Kollwitz, Journal, 11 Octobre 1916

En 1918, dans une lettre ouverte publiée le 28 octobre dans la Vossische Zeitung (la Gazette de Voss), et le 30 octobre dans Vorwärts, l’artiste répond à l’appel de Richard Dehmel aux derniers mobilisables :

to_top

Il y a eu assez de morts! Personne ne doit plus mourir!
J’invoque contre Richard Dehmel un plus grand que lui:
›Les graines de semence ne doivent pas être moulues.‹ (J.W. Goethe)«

Käthe Kollwitz, Réponse à l’appel de Richard Dehmel,
Octobre 1918

En plus de la série de gravures sur bois »Guerre«, elle produit pendant la Première Guerre mondiale d’autres estampes et des dessins opposés à la guerre. Après l’arrivée d’Hitler au pouvoir et l’annonce d’une nouvelle guerre mondiale, elle continue dans cette voie, notamment avec des sculptures. Mais, Käthe Kollwitz étant frappée d’une interdiction non officielle d'exposer depuis 1935, ses œuvres n’ont plus le même impact qu’auparavant.

Avec le déclenchement de la guerre, l’artiste réutilise la citation »Les graines de semence ne doivent pas être moulues« pour une lithographie. En 1941, elle définit cette phrase dans son journal en tant que testament.

Les œuvres

Käthe Kollwitz, À la mémoire de Ludwig Frank, deuxième version abandonnée, 1914, lithographie au crayon (report), Kn 131, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, À la mémoire de Ludwig Frank, deuxième version abandonnée, 1914, lithographie au crayon (report), Kn 131

Käthe Kollwitz, Autoportrait avec (son fils) Hans, 1914-1916, pierre noire sur papier Ingres, NT 732, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Autoportrait avec (son fils) Hans, 1914-1916, pierre noire sur papier Ingres, NT 732

Käthe Kollwitz, Deux Morts, 1920, gravure sur bois, Kn 158 IV, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Deux Morts, 1920, gravure sur bois, Kn 158 IV

Käthe Kollwitz, Sous les bombes, 1922/23, pinceau et encre noire, NT 960, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Sous les bombes, 1922/23, pinceau et encre noire, NT 960

Käthe Kollwitz, La Tour des mères, 1937/38, bronze, Seeler 35 II.B.1., Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, La Tour des mères, 1937/38, bronze, Seeler 35 II.B.1.

Käthe Kollwitz, Pietà (mère avec son fils mort), 1937-39, bronze, Seeler 37 II.B.1., Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Pietà (mère avec son fils mort), 1937-39, bronze, Seeler 37 II.B.1.

Käthe Kollwitz, ›Les graines de semence ne doivent pas être moulues‹, 1941, lithographie au crayon, Kn 274, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, ›Les graines de semence ne doivent pas être moulues‹, 1941, lithographie au crayon, Kn 274