Affiche de »l’Exposition allemande sur le travail à domicile« de Berlin, 1906

Lithographie au crayon et au pinceau avec technique au crachis et grattoir, Kn 95 III

Käthe Kollwitz, affiche de »l’Exposition allemande sur le travail à domicile« de Berlin, 1906, lithographie au crayon et au pinceau avec technique au crachis et grattoir, Kn 95 III, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

L’exposition allemande sur le travail à domicile de 1906, conçue par les syndicats et les réformateurs sociaux issus de la classe moyenne, est la première grande exposition consacrée à ce sujet en Allemagne. Elle se tient dans le centre de Berlin, sur Unter den Linden, la prestigieuse avenue qui compte parmi les plus célèbres lieux de promenade sous l’Empire. Le site de l’exposition a été consciencieusement choisi pour pouvoir mettre sous les yeux de la ›bonne société‹ les conditions de vie et de travail catastrophiques.

La commande de cette affiche est probablement dûe à son cycle »Une Révolte des tisserands«, dans lequel Käthe Kollwitz décrit de manière saisissante la misère des travailleurs à domicile de l'industrie textile. Sur l’affiche, l’artiste montre une femme visiblement épuisée et surmenée dont le regard fixe le vide. Sur le visage très éclairé, les cernes sombres sous les yeux et les joues creuses se détachent d'autant plus nettement.

Sachant que les affiches politiques étaient interdites en Allemagne jusqu'en 1914, l’anecdote colportée depuis les années vingt n’est peut-être pas sans fondement. Celle-ci raconte que l’impératrice aurait refusé de visiter l’exposition tant que l’affiche de Käthe Kollwitz y serait accrochée publiquement. D’autant plus, comme le note le Berliner Tageblatt, que l’exposition se tenait dans un bâtiment public, et était donc soumise à l’autorisation du gouvernement royal.

Esquisse

Käthe Kollwitz, Ouvrière, 1906, fusain sur papier Ingres, NT 406, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Ouvrière, 1906, fusain sur papier Ingres, NT 406