Affiche »Les Survivants«, avant août 1923

Lithographie au crayon et au pinceau et grattoir (report), Kn 197 II b

Käthe Kollwitz, affiche »Les Survivants«, avant août 1923, lithographie au crayon et au pinceau et grattoir (report), Kn 197 II b, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

En 1922, la Confédération syndicale internationale passe commande à Käthe Kollwitz d’une affiche annonçant la première journée internationale contre la guerre qui doit se tenir en 1924. Dans une lettre à son amie Beate Bonus-Jeep, l’artiste s’exprime à propos de cette œuvre, pour laquelle elle avait d’abord prévu de reprendre le thème de l’avant-dernière planche de la série »Guerre« (»Les Mères«).

to_top

La [Confédération syndicale] entrevoit toutes les nouvelles possibilités effrayantes de la guerre et veut lancer une contre-propagande. De grandes affiches montrant clairement les conséquences de la guerre seront distribuées dans quatorze pays européens. [...] Tu peux imaginer à quel point je suis prête à m’impliquer. Au début, voilà ce que je voulais faire : rassemblées en une masse noire sur la grande affiche blanche, des femmes protègent leurs enfants comme des animaux défendraient leur progéniture. Et en-dessous, le texte suivant : ′Nous n’avons pas mis nos enfants au monde pour la guerre.′ - Mais les gens d'Amsterdam veulent absolument un dessin qui montre les survivants. Et c’est ce que je veux aussi faire maintenant. Des parents, des veuves, des aveugles, autour d'eux des enfants au visage pâle, apeurés qui les questionnent de leurs regards désemparés.«

L’affiche a été publiée en plusieurs langues. La version montrée ici est celle en danois.