La Rue, 1908

Fusain et encre noire sur papier vergé, NT 464

Käthe Kollwitz, La Rue, 1908, fusain et encre noire sur papier vergé, NT 464, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Une variante de ce dessin est publiée le 28 décembre 1908 dans Simplicissimus. Il représente une scène nocturne avec deux hommes ivres sur un banc et une femme dont le regard et l’attitude renforcent le sentiment de désolation de la scène. La rédaction avait intitulé ce dessin Réveillon du Nouvel An accompagné du commentaire acide »J’veux pas souhaiter la bonne année à mon homme, il dort si bien.«

La condition des sans-abris est un des principaux sujets de Simplicissimus. L’appauvrissement du prolétariat conduit de nombreuses personnes à vivre dans la rue. Les parcs et des places où sont installés des bancs deviennent des lieux de réunion.

Dans un dessin qui montre un couple de voleurs en quête de rapines, Käthe Kollwitz décrit de façon anecdotique le fait que les sans-abris y deviennent les victimes de la petite délinquance propre aux grandes villes, sans protection. L’homme fait le guet pendant que la femme détrousse un dormeur.

Dessin associée

Käthe Kollwitz, Homme debout et couple assis, 1909, fusain estompé sur papier Ingres, NT 497, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Homme debout et couple assis, 1909, fusain estompé sur papier Ingres, NT 497