Violée, planche 2 du cycle »Guerre des paysans«, 1907/08

Eau-forte, pointe sèche, émeri, réserve au sucre, et vernis mou avec impression de textile et de papier report de Ziegler, Kn 101 VIII a

Käthe Kollwitz, Violée, planche 2 du cycle »Guerre des paysans«, eau-forte, pointe sèche, émeri, réserve au sucre, et vernis mou avec impression de textile et de papier report de Ziegler, Kn 101 VIII a, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

La deuxième étape de la narration en images a également pour but, par une intensification des émotions du spectateur, de lui faire comprendre la nécessité de transformer la condition paysanne. Les paysans n’ont aucun droit, sont sans défense et donc à la merci de l’arbitraire. La deuxième planche du cycle l’illustre de façon dramatique. Il montre une paysanne violée, allongée dans son jardin dévasté. Sa petite fille regarde par-dessus la clôture du jardin le corps sans vie de sa mère. Le traitement du thème, rarement évoqué dans les arts visuels vers 1900, est frappant par la représentation très crue de la victime et la reproduction exacte du jardin. Les plantes piétinées symbolisent la vie ruinée de la femme.

Tout ce qui vivait a dépéri. Sans égard pour autrui, les seigneurs privent les paysans et leurs femmes de leur dignité, laissant derrière eux la mort et la destruction. Cela ne peut que soulever l’indignation du spectateur. Il est impressionnant que Käthe Kollwitz, en tant que femme dans un empire conservateur, ait eu le courage et la confiance en soi de s'emparer de ce thème et de le traiter ainsi.

Une esquisse de la composition NT (443a), qui n’est réapparue que récemment, traite beaucoup plus narrativement du sujet. Les deux filles de la fermière sont debout devant son corps sans vie. La plus âgée jette un coup d'œil à l'intérieur de la maison dont la porte battante a été partiellement arrachée, tandis que la plus jeune, apeurée, se serre contre sa sœur en regardant sa mère avec horreur.

Comme pour »Les Laboureurs«, dans la version finale, Käthe Kollwitz se concentre sur le personnage principal et le place au centre de la composition.

Croquis

Käthe Kollwitz, Agressée, esquisse pour Violée, 1901/02, mine de plomb sur papier vergé, NT (443a), Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

Käthe Kollwitz, Agressée, esquisse pour Violée, 1901/02, mine de plomb sur papier vergé, NT (443a)

Adresse

Käthe Kollwitz Museum Köln

Neumarkt 18-24 / Neumarkt Passage

50667 Köln

+49 (0)221 227 2899

+49 (0)221 227 2602

Horaires d’ouverture

Du mar au ven

de 11h à 16h

Sam / dim

de 11h à 16h

Jours fériés

de 11h à 16h

Lun

fermé

Veuillez noter

Le musée Käthe Kollwitz Köln restera fermé jusqu'au 8 juin 2020 en raison d'importants travaux de construction.

Nous ouvrons à nouveau le mardi 9 juin 2020 avec la nouvelle exposition spéciale "Aimer et ne pas avoir à..." Moments personnels dans l'œuvre de Käthe Kollwitz