Retour des ouvriers (gare Prenzlauer Allee), 1897-1899

Pinceau et aquarelles, rehauts de blanc sur papier Ingres, NT 146

Käthe Kollwitz, Retour des ouvriers (gare Prenzlauer Allee), 1897-1899, pinceau et aquarelles, rehauts de blanc sur papier Ingres, NT 146, Collection Kollwitz de Cologne © Käthe Kollwitz Museum Köln

»Le Retour des ouvriers« compte parmi les rares dessins en couleur des années 1890 qui nous sont parvenus. Käthe Kollwitz y montre la vie quotidienne des ouvriers sans qu’il s’agisse d’une critique sociale.

Certains de ces dessins font probablement partie d'un ensemble plus large d'œuvres de Kollwitz présentées lors d'une exposition de femmes artistes à Berlin en 1894. Un article de la revue Kunst für Alle, consacré à cette exposition, évoque un dessin de Käthe Kollwitz où des ouvriers rentrent chez eux: »Si je ne me trompe, elle a travaillé un certain temps à Munich sous la direction de Ludwig Herterich. Mais, elle a maintenant d'autres idéaux: Liebermann et Raffaëlli. Elle recherche l’agitation et la nature des banlieues, entièrement guidée par la chose peinte, sans tendance.« (dans: Die Kunst für Alle : Malerei, Plastik, Graphik, Architektur, Vol. 9, 1893-94)

On pourrait même penser que ce retour des ouvriers chez eux ne date pas de 1897, comme on le supposait, mais du début des années 1890, avant que Käthe Kollwitz ne réalise le cycle des Tisserands, entre 1893 et 1897. Le thème de ce dessin, où la foule des ouvriers semble s’écouler de la gare Prenzlauer Allee pour regagner leur foyer, rappelle les œuvres d’artistes contemporains tels que Hans Baluschek et Franz Skarbina.